Crise de goutte et alimentation

04 Oct 2018 no comments Géraldine Clemmer Catégories Conseils santé

La goutte est une maladie inflammatoire très douloureuse des articulations. Elle est due à un taux d’acide urique trop élevé dans le sang appelé (hyperuricémie).
L’acide urique est un déchet métabolique qui lorsqu’il est en surplus, se dépose « goutte à goutte » aux niveaux des articulations et de certains tissus mous. Ce dépôt déclenche des réactions inflammatoires à l’origine de la douleur. En général, la crise se fait ressentir au niveau du gros orteil mais peut également survenir au niveau de la cheville, des doigts ou dans le pavillon de l’oreille. Les crises débutent souvent en pleine nuit et alors une simple frôlement des draps peut devenir insupportable. L’état inflammatoire se manifeste par de l’oedème, des rougeurs et une hypersensibilité. Fièvre et frissons peuvent également apparaître.

La goutte touche particulièrement les hommes de plus de 35 ans et parfois les femmes après la ménopause.
Son origine est souvent familiale, génétique, liée à un dysfonctionnement du métabolisme des purines qui limite l’élimination de l’acide urique par le rein.

Néanmoins, la goutte est souvent causée par des abus de table ! 35 % des purines proviennent de l’alimentation. La goutte peut donc également avoir des causes hygiéno- diététiques, parmi lesquelles on peut citer :
• une alimentation trop riche en aliments contenant de l’acide urique ( notamment les abats, la charcuterie, les bouillons cube de viande et certains poissons tels que les sardines et les anchois),
• une consommation trop importante de bière (même sans alcool), de champagne, d’alcool fort, de chocolat ou de boissons sucrées,
• le surpoids, le stresse et prise de certains médicaments dont les diurétiques.

Ainsi, le régime alimentaire « spécial goutte » sera pauvre en purines et visera à réduire le taux d’acide urique. Les aliments à favoriser dans le cadre de ce régime sont notamment :
• Les boissons : thé, café, eau en quantité importante supérieure à 1,5 L/jour
• Le lait et ses dérivés
• Les fruits
• Les légumes sauf les épinards, asperges, choux fleurs et champignons
• Les oeufs
• Les Pains et céréales (de préférence « blancs » et non complets)

Le contrôle de l’alimentation encadré par un professionnel est essentiel. Ces règles diététiques devront être appliquées de façon durable pour prévenir la survenue des crises.